dimanche 20 mars 2011

Road To Nowhere

À une époque où le cinéma rime plus que jamais avec divertissement, il reste ça et là certains francs tireurs qui, films après films, tente d’aborder leur art tout en conservant les fondamentaux de cette pratique : Enrichir le médium, proposer des solutions de traverse, redéfinir sa forme en pensant sa fonction même. Monte Hellman, cinéaste génial et maudit, fait parti de ceux là. Auteur du mythique the Shooting et du cultissime Macadam à deux voies, il revient aux affaires en grandes pompes avec ce qui est sans nul doute LE chef d’œuvre de l’année. Récompensé par un Lion d’Or d'honneur à la dernière Mostra de Venise, ce Road to nowhere dépeins les égarements d’un réalisateur aux prises avec son sujet, son actrice et le fait divers dont il s’inspire. Mélangeant réalité et fiction, film noir et cinéma expérimental, mise en abyme et polar, le cinéaste apporte à bientôt 80 ans la vitalité qui manquait désespérément au 7ème art. Entièrement réalisé avec un appareil photo numérique, le film marque non seulement le renouveau d’un auteur trop souvent oublié mais prouve également que cinéma exigeant ne rime pas forcément avec lancinant. À noter également pour tous les amoureux du cinéaste la sortie de « Sympathy for the devil », livre d’entretien passionnant qui permet de comprendre au mieux l’œuvre de ce grand monsieur.

1 commentaire:

Elise a dit…

Très bon article mais avec la bande-annonce non coupée par la moitié, ce serait encore mieux!